01 octobre 2006

courant d'air

Et oui, encore un dimanche auquel j'ai survecu.
comment ai-je fait? je ne sais pas.
on peut dire que mon samedi soir fut un peu completement merdique. J'ai cherché dans un peu tous les bars le garçon pour qui mon émoi s'emeut à nouvreau afin de lui donner mon numero, mais niet.
alors ensuite avec T, nous sommes allé a la boite a ped, où, ambiance folle aidant, j'en fût vite rendu a faire des patés de sable sur la mini plage, essayant vaincre mon ennui inexcticable-je dis inextricable car quand on voit les regard des ped de cette boite on sait qu'il n'y a pas de solution humaine certains soirs de desarroi-
bref, apres une courte nuit le train m'a emmené vers les provinces de mes geniteurs, et j'ai retrouvé le domicile famillial...angoisse
C'est un peu facheux car d'habitude je suis un peu remonté en venant la, et hier, grosse angoisse.
Alors pour combattre cette guerre des emotions dans ma tete je me suis dit qu'un petit tour chez C, la saint patronne des nevrosées -en plus d'etre gargotier- ne me ferait pas de mal, ce qui fut vrai.
En effet, en plus d'avoir été invité-c'etait pas bon mais ca, hein!-par un modele de ce qu'un pd ne doit pas devenir, j'ai reçu un message du cherubin, le p'tit chou de vendredi soir, celui que j'ai cherché en vain, mais qui a eu mon numero car j'avais distribué des papiers pour lui a presque toute ame qui vive dans ce quartier.
voila, donc mon coeur se renflamme, encore un feu de paille?
ca, on le saura dans trois jours. le dernier m'ayant un poil echaudé, n'ouvrons pas de pari pour cette fois.
Mais enfin, avouez que c'est tentant de se dire qu'on va peut etre passer l'hiver a prendre son thé dans les bras d'un garçon qui ecoute Monserrat Caballe....oups je m'emballe, ca va encore mal se finir cette histoire.
sinon je suis reparti pour deux jours avec cet emploi à deux franc pour etudiant dans un lycée, juste assez eloigné de chez moi pour me faire louper 80 pour cent des mes cours, ce qui me rend tout à fait heureux vous pensez bien.
Bon, comme ca au moins personne ne dira qu'a vivre d'argent facile je perds le sens des realités...ben non maintenant je vis aussi d'argent difficile dans une administration ou personne n'a le sens des realités...ce qui m'empeche d'aller en cours et où je regresse mentalement. c'est bien
Travail, au passage, duquel tout le monde demissionne car la nouvelle cheftaine colle tout à fait à la personalité de miranda priestley...sauf que là evidemment nous ne sommes ni bien payés ni n'avons droit à des compensations en nature genre je sais pas moi, blaser brioni ou trench old england......
rien que ca mes enfants c'est plus que le salaire moyen d'un employé de ce pays.
Bon, j'arrete sinon on va encore me prendre pour une pouffiasse superficielle qui ne pense qu'a des choses sans interet- et oui c'est comme ca, on passe sa jeunesse a apprendre que les animaux se distinguent de l'homme par leur seul instinct de subsistance, et ensuite c'est passer pour une dinde que de dire qu'on aime le cashemire et les mets fin avant que de penser a payer son loyer et de bouffer des pates-
tssssss merde, ou j'ai mis mon memo moraliste qui me rappelle que la morale est un ensemble de trucs pour nous faire gober que si les choses sont limitées, ce n'est pas par la volonté de certains....
J'ai la peche aujoud'hui dites donc, je crois que je vais aller faire un tour.

Posté par Emilientours à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur courant d'air

Nouveau commentaire